Dans l’optique d’un recours aux énergies renouvelables pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, les systèmes de chauffe-eau solaires constituent une solution bien au point techniquement et assez facile à installer. Une surface de 4-5 m² de capteurs thermiques permet de transformer le rayonnement solaire en chaleur, et couvre en moyenne 50 % des besoins en eau chaude d’une famille de quatre personnes sur l’année. Avec une surface de 10 à 20 m², les systèmes solaires combinés peuvent aussi contribuer au chauffage pour 20 à 40 % des besoins. Certains capteurs, conçus comme des éléments de toiture, s’intègrent visuellement très bien aux constructions.

panneaux solaires

De préférence orientés plein sud et inclinés avec un angle de l’ordre de 45°, ils pourront néanmoins, sans réduction trop importante des performances, avoir une orientation sud-est ou sud-ouest, et une inclinaison comprise entre 30 et 60°.

Les besoins étant décalés dans le temps par rapport à la production d’eau chaude, il est nécessaire d’avoir un ballon tampon de stockage bien isolé, et une source d’énergie d’appoint (électrique, gaz, bois…). Certains systèmes, appelés planchers solaires directs (PSD), chauffent directement la dalle à l’aide du fluide caloporteur provenant des panneaux.

Les capteurs certifiés CSTB ou Solar Keymark présentent des qualités de fiabilité et de longévité satisfaisant aux critères d’obtention du crédit d’impôt et des subventions. Pour cela, les installateurs doivent être agréés : pour vous procurer la liste des installateurs Qualisol, consultez l’Espace info énergie le plus proche. Demandez-y une étude détaillée, avec les performances prévisionnelles du système solaire envisagé en fonction des caractéristiques de votre maison (contribution solaire en kilowattheure, pourcentage des besoins thermiques totaux, etc.). La mention des capteurs solaires doit figurer sur la demande de permis de construire ou faire l’objet d’une déclaration de travaux.

panneaux solaires thermiques